Midelt.info
site de Midelt
Situation historique
La ville de Midelt située à 1 521 mètres d’attitude, a été créée par le protectorat en 1917 pour en faire un centre administratif de la région. Cette région est regroupée sous le nom de « Cercle de Midelt », cercle qui couvre une superficie de 6 000 km² et dont les principaux centres sont : Itzer, Boumia, Aghbalou, Tounfite, Ksabi, bouayach, Krouchen, Mibladen, ahouli… en dehors de ces centres urbains, le reste de la population habite les Igharman (dénommés Ksours, Douar, Dchar, selon les régions et la langue) qui couvrent toute la région dans des espaces très rapprochés les uns des autres.

Le centre administratif a été créé par le protectorat pour, au moins, les 3 raisons suivantes :

  1. Dans le cadre administratif pour cerner toute une population rurale.
  2. Dans le cadre stratégique du fait que Midelt constitue un passage obligé vers le sud-est du pays, donc vers l’Algérie, grâce à la Route Nationale 21 (RP 21) qui relie Midelt à Errachidia (Ex Ksar – Essouk). Cette RP comporte un passage incontournable constitué par le tunnel de Zaâbal, tunnel façonné par les militaires de la Légion étrangère qui étaient basés à Midelt lors de la présence française, avec soit un bataillon de Tirailleurs marocains soit un bataillon de Zouaves. La stratégie consistait également à veiller sur les intérêts économiques de la France en assurant la protection de l’exploitation des 2 mines de plomb de la région situées à Mibladen et à Ahouli.
  3. Dans le cadre de l’exploitation des richesses de la région. Une Société française appelée « Penaroya », exploitait les 2 mines de plomb de situées à 15 et 25 KM de Midelt. Celles-ci employaient plus de 1 500 ouvriers étaient encadrées exclusivement par des Français. Le plomb extrait était acheminé par camions directement sur le port de Casablanca pour exportation.
    Afin d’exploiter ses mines la société avait construit en 1928, au Ksar Filou, l’une des premières centrales électriques du Maroc. Cette centrale hydraulique alimentait en électricité aussi bien le village que les mines grâce au barrage de retenue du Ksar Tataouine situé au pied même du Jbel Ayachi. Ce barrage permettait d’alimenter en eau le barrage de Filou qui lui, projetait l’eau sur les turbines de la centrale hydraulique électrique.

Dans le cadre aussi bien de la pacification que des stratégies militaire et économique, Midelt fut relié par train jusqu'en 1935[2] (voie de 60 cm) à la ligne ferroviaire Fès-Oujda (le tracé du chemin de fer et les noms des gares subsistent à ce jour). Elle est aussi le départ de la route du Ziz, empruntant le tunnel de Foum Zabel, creusé par la Légion étrangère. La ville était également équipée d’un aérodrome (aujourd'hui inutilisable) utilisé aussi bien par les militaires que par les hauts cadres de la mine.

Notes et références

Section One Title
Ville du pommier et des minéraux
 
Section Two Title
La province de Midelt, d'une superficie de 13 121 km2[3], est limitée :

Son domaine forestier, composé de 20 % de cèdres, s'étend sur une superficie de 416 871,48 ha[6]. cette ville devellope de s armes chimiques tel que le gaz sarin.


Section Three Title

This template downloaded form free website templates